simplifiezvoulavie2
 
Un audit mais pourquoi ? Version imprimable Suggérer par mail
 Simplicité : Rapidité : Conformité : économie : Confiance :
Gestion des Ressources Humaines
image_barre
A quoi sert l'audit ?
 L'audit est un instrument qui va conduire le consultant auditeur à émettre un diagnostic servant de base à la recherche d'améliorations et à la mise en oeuvre de recommandations. Le dirigeant d'entreprise a recours à un audit social pour faire vérifier et évaluer s'il existe un écart entre la situation " actuelle " de l'entreprise et des décisions et dispositions préétablies en comparant avec les dispositions législatives et conventionnelles L'audit est un outil pour aider le pouvoir décisionnel de l'entreprise :
  • En fournissant des constats, des analyses objectives, des recommandations et des commentaires utiles,
  • En faisant apparaître des risques de différentes natures tels que :
  • Le non-respect des textes, droit du travail, droit social, les conventions collectives, les accords d’entreprise,
  • L'inadéquation de la politique sociale aux attentes du personnel,
  • L'inadéquation aux besoins des ressources humaines,
  • L'envahissement des préoccupations sociales.
L'audit peut être demandé à titre préventif (pour apprécier, évaluer une situation à un instant (T) ou à titre curatif (pour remédier à une situation qui se détériore). 

Comment se déroule l'audit ?

Le Client          :  demande l'audit. Ses exigences sont définies dans un référentiel.
L'auditeur       :
(Compact) a qualité pour mener l'audit. Il s'appuie sur des preuves des vérités, contrôle examine, examine la valeur des pratiques, des procédures, des plans. Il procède de façon méthodique, vérifie des aspects quantitatifs et qualitatifs, procède à différents travaux d'audit. Il rédige un rapport écrit. Il fait une restitution orale. Il préconise des solutions. EXAMEN ET CONSULTATION :
  • des dossiers d'audit existants
  • des notes de service
  • du bilan social et des ratios sociaux
  • du dossier du personnel
  • de fiches de poste
  • des procès-verbaux de réunion
  • des comptes rendus et rapports (d'assemblées générales, du comité d'entreprise)
  • des rapports des commissaires aux comptes
  • des documents comptables et financiers
  • des statistiques commerciales, techniques et sociales
  • des plans de développement
  • des budgets
  • des manuels de procédures
  • de la plaquette d'entreprise
  • des catalogues
  • des tarifs
  • etc.…
  En conduisant un entretien l'auditeur va avoir un comportement anticipatif pour obtenir ses informations. L'objectif est de connaître ce qu'un constat sur document ne permet pas de savoir ou de comprendre.L'entretien doit permettre d'aborder des informations d'ordre qualitatif, d'obtenir des précisions sur des dysfonctionnements, ou des anomalies. Il est mené de façon libre et favorise l'écoute active et flottante de l'auditeur. Son interlocuteur doit pouvoir s'exprimer le plus largement possible soit à partir de questions ouvertes, soit en exposant brièvement sur le sujet et les problèmes en cause. L'auditeur, cependant, n'hésitera pas à le ramener au sujet en cas de digressions.
Laisser l'audité s'exprimer librement mais pour formuler ce qui est attendu de lui !
  L'auditeur rompu aux méthodes pédagogique  doit savoir éviter certains écueils :
  • LE RISQUE SILENCE : l'auditeur s'est bien documenté pour pouvoir poser une multitude de questions.
  • LE RISQUE CAMOUFLAGE : l'auditeur risque de passer à côté de l'essentiel si les personnes interrogées dissimulent trop dans leurs réponses. Mais les croissements Q R éveille l’attention de l’analyse. 
L'exposé oral en fin de mission permet de mettre en valeur certaines détails de la mission, d’expliquer des points particuliers un rapport écrit souvent concis.Dans le cas de l'audit de conformité notamment, l'auditeur peut faire apparaître des faits pénalement sanctionnables, il n'est pas toujours souhaitable que cela fasse l'objet d'un développement écrit. La restitution orale est tout particulièrement nécessaire.
Elle est le moyen de :
  • Respecter et privilégier la transparence des informations. C'est le gage de la qualité de l'audit. Rien ne sera écrit qui n'a été préalablement commenté.
  • d'informer en premier l'audité avec lequel les informations sont validées.
  • de classer les constats à partir de l'analyse des conséquences. Les recommandations sont présentées et classées selon leur importance et leur degré d'urgence.
  • D’encourager l'audité, dès qu'il est informé, à prendre des mesures correctives immédiatement ou dès que possible.
A la fin de l'audit quels sont les résultats ?
 L'audit a permis de faire apparaître des dysfonctionnements ou des écarts entre les pratiques de l'entreprise et la réglementation sociale, ou les normes adoptées par l'entreprise.Le consultant auditeur a établi un diagnostic avec un comité spécialisé dans les structures COMPACT. Fiable, objectif, motivé à partir duquel il a pu établir avec son client une hiérarchie des risques et une hiérarchie des recommandations.L'équipe dirigeante est maintenant en possession d'indicateurs, qu'elle a validées avec l'auditeur et qui vont lui permettre d'éviter certains risques ou contre-performances : ainsi par un suivi et une administration satisfaisante des effectifs, l'entreprise va éviter des risques de litiges (ou de fraude) avec certains salariés, une perte d'efficacité en cas de départ ou d'absence d'un responsable !Néanmoins, l'audit reste une photographie de la situation et des pratiques de l'entreprise à un instant T !  Après l'audit, qu'en est-il du changement? Si des remarques ont été faites, des non conformités signalées, des recommandations effectuées, il reste encore à réagir et à prendre les mesures nécessaires pour mettre en place le changement de façon efficace et durable !La mise en oeuvre du changement va se faire avec l'aide du consultant et auditeur, mais elle dépend de nombreux facteurs externes comme :
  • La volonté de l'entrepreneur audité
  • L'adhésion du personnel concerné par le changement
  • La culture de l'entreprise
  • Les moyens humains, matériels, financiers de l'entreprise.
 En fonction des formules retenues  La mission du consultant auditeur s'achève qu'une fois les mesures correctives établies et leur mise en oeuvre entamée !Depuis la remise du rapport d'audit et des recommandations, le dirigeant a fait un choix et fixé des priorités, mais il est aussi capital de déterminer les modalités et du suivi.  Ainsi pour une mission consacrée au droit d'expression directe des salariés, il sera important de veiller à l'organisation régulière de réunions, à l'implication suffisante de l'encadrement, à la circulation des informations sur le nouveau système mis en place.  La mise en place de groupes de travail inter hiérarchiques est un moyen privilégié pour utiliser la dynamique de changement créée par le diagnostic. Le consultant auditeur va assister étroitement le dirigeant dans cette phase de changement, il va s'assurer que les outils et méthodes de travail retenu sont bien en adéquation avec les objectifs de départ.  En conclusionL'audit n'est pas une fin en soi, c'est un outil efficace pour aboutir à un diagnostic fiable, objectif, motivé dont la valeur ajoutée se mesurera avec la mise en application des recommandations qui auront été préconisées par le consultant auditeur.     
 
Nous sommes le : 21-07-2017






Mot de passe oublié ?